Rechercher

Smartphone: le septième organe vital?


Le smartphone est t'il devenu et considéré comme un organe vital nécessaire au développement de l'être humain?Pourquoi cette dépendance se propage aussi vite dans notre foyer et au sein de la société? le rapport bénéfices/risques sur cette vie virtuelle?


Dans cet article je veux mettre en garde et alerter chaque personne soucieuse de prévenir, éduquer, protéger et continuer à vivre une vie sociale normale sans que le numérique phagocyte un peu plus tous les jours le cerveau de vos enfants.

Autant de questions que plus beaucoup de parents se posent tellement c'est devenu naturel de se lever, déjeuner, partir en cours, être en cours, marcher en rentrant le soir sur la chaussée avec des écouteurs sur les oreilles, arriver et faire ses devoirs, dîner et se coucher avec son smartphone .... Toujours plus de situations où ce petit objet est omniprésent dans notre quotidien.

Le smartphone est devenu le compagnon de route de nos enfants comme est le fusil aux militaires!!! Les dangers sont moins directs mais aussi dangereux, sauf que le second va l'utiliser grâce à un enseignement en amont pour se défendre alors que le premier va l'utiliser sans aucune notion des risques.

Laisser un pré-adolescent ou adolescent sur son smartphone le soir seul dans sa chambre sans aucun regard sur sa navigation internet et autres réseaux sociaux, c'est l'équivalent de le laisser seul la nuit dans les rues d'une mégapole sans but précis et se soumettre aux mauvaises rencontres et à tous les dangers possibles. La menace n'est pas directe mais différée, personne ne viendra accoster votre enfant dans sa chambre, mais veillera à le faire les jours suivants en dehors du contexte familiale. Nous, parents sans nous soucier de telles situations, regardons à notre tour un des 6 écrans présents dans notre domicile avec toute quiétude alors que notre enfant - mis a part sa présence physique près de nous- vit sa vie virtuelle qui l'a déjà transporté hors de nos murs.

Quand je parle d'organe vital, c'est le rapprochement que l'on peut faire lorsque l'on se promène dans la rue et vous n'aurez pas attendu de lire ces quelques lignes pour le constater. Qui n'a pas dans sa main ce téléphone intelligent utilisé en marchant, en voiture, sur le vélo, à la caisse du supermarché etc... plus personne ne s'en passe et quand je dis plus personne, j'inclus les parents. Mais pourquoi en sommes nous là et laissons nos enfants vivre une vie virtuelle et purement éphémère? Pourquoi laissons nous porter atteinte à nos vies privées?


Il faut revenir quelques années en arrière pour comprendre cette mécanique imparable que sont les réseaux sociaux...

Les mastodontes du numérique avec une poignée d'individus ne sont pas arrivés par le saint esprit a monopoliser l'attention de plusieurs milliards de personnes dans le monde et se sont appuyés sur des travaux pour créer une addiction.

Alors pourquoi cette dépendance colle à la peau et se propage comme une traînée de poudre que l'on ne peut plus circonscrire?

Le circuit de la récompense est un processus complexe qui diffère d’un individu à l’autre.

Les facteurs externes tels que le stress, l’environnement social, ainsi que les facteurs internes, tels que l’âge, impactent un système neuronal en perpétuel apprentissage. Nous sommes inégaux face aux addictions. Ce n’est pas seulement une question de volonté. C’est souvent le fait de reconnaître sa dépendance et d’aller chercher de l’aide auprès des spécialistes et des proches qui permet de sortir de cet engrenage.


La clé de la récompense, c’est la récompense variable… c’est ce que les géants des réseaux sociaux ont développé.

Le psychologue Burrhus Frederic SKINNER a mis au point au milieu de XXème siècle « la boite de SKINNER »

Il avait fait l’expérience de mettre un pigeon ou rat dans une cage muni à l’intérieur d’un levier.

A chaque fois que l’animal avait faim il l’actionnait pour recevoir une graine. Il appellera ce phénomène « le conditionnement opérant ».

Selon le conditionnement opérant, nos comportements sont influencés par les conséquences que provoquent ces comportements et aussi l’environnement.

L’individu peut apprendre à augmenter ou à diminuer un comportement.

SKINNER, dans une autre expérience a modifié le principe, et lorsque le pigeon actionnait comme à son habitude le levier, parfois la graine tombée, et parfois pas. La réaction de l’animal a été de se focaliser sur le levier et de l’utiliser beaucoup plus fréquemment pour recevoir sa graine. C’est « le principe de récompense intermittente ». La variabilité de la réponse nous rend accro!!!

On peut constater que l’expérience est complètement exploitée 70 ans plus tard dans la construction et la mise en place des nouvelles applications par exemple.


Les sociétés du numérique nous ont conditionnées sur la récompense.

La notification nous alerte par un bip et nous regardons notre smartphone pour voir notre récompense.... Mais la récompense intermittente a fait que nous n'avons plus besoin de la récompense pour regarder frénétiquement notre joujou parce que cette habitude nous a rendu dépendant!


C'est pour cela qu'aujourd'hui, une minorité d'hommes et de femmes nous font actionner nos téléphones comme ces pigeons! et si les réseaux sont gratuits c'est que nous en sommes le "produit".

Il existe deux types de dépendance :

- Le premier est la dépendance physique:

La dépendance physique est un état dans lequel l'organisme assimile à son propre fonctionnement la présence d'un produit développant des troubles physiques parfois graves en cas de manque (non-présence du produit dans l'organisme). L’ensemble de ces troubles constituant est appelé le syndrome de sevrage. La dépendance physique résulte des mécanismes d’adaptation de l’organisme à une consommation prolongée et peut s’accompagner d’une accoutumance, c'est-à-dire la nécessité d'augmenter les doses pour éprouver un même effet (Temps d’écran).

- Le second implique la dépendance psychique qui se subdivise en deux sous-groupes :

- la cyberdépendance psychologique :

Désir insistant et persistant de consommer qui peut parfois se traduire par des manifestations psycho-somatiques (véritables douleurs physiques sans cause physiologique).

La cyberdépendance psychologique est bien plus liée aux caractéristiques des individus (états affectifs, styles de vie) qu'aux écrans eux-mêmes.

Exemples de cyberdépendance psychologique très répandues : dépendance aux réseaux sociaux, cyberpornographie, jeux et achats compulsifs en ligne.

- la dépendance comportementale : correspond à des stimulations générées par les

habitudes ou l'environnement, facteur de rechute.

Plus on a de substance addictive moins la récompense est satisfaisante et difficile à atteindre sans parler des dégâts que cela engendre sur la santé physique et mentale des enfants.


Dans le bel ouvrage du psychiatre Allemand Manfred SPITZER ( Les ravages des écrans aux éditions: L'échappée ), il explique que la dépendance est beaucoup plus forte que la raison. (qui sera développée dans le prochain article). "l'enfant n'a aucun moyen de jugement pour lutter contre les contenus des écrans ou de la télévision parce qu'il n'a aucune critique de l'esprit."


Un enfant sur un smartphone avant l'âge de 6 ans est une folie pure pour son futur développement. Un adolescent sans contrôle parental multiplie les risques de cyberdépendance, cybersexualité, cyberharcèlement et met en danger son intégrité physique, psychique et nuit gravement à sa scolarité.

Les jeunes dés l'âge de 12 ans tombent sur de la pornographie juste le fait de regarder une vidéo en ligne. Les filles de plus en plus jeunes sont sur la toile hypersexualisées et n'hésitent plus à envoyer des "nudes" ( photos de leur corps nu) en pensant que cette dernière s'effacera après visionnage de son destinataire mais malheureusement derrière l'écran ce n'est pas toujours des personnes bienveillantes et font une capture d'écran pour faire chanter la jeune fille... C'est de plus en plus fréquent et cela n'arrive pas que chez les autres.

Les photos sur internet sont indélébiles sans engager une procédure longue et fastidieuse... Les risques sont nombreux mais si on a compris comment cela fonctionne et que l'on est dans la prévention, on protège ses enfants. Et dites vous que l'addiction est plus forte que la raison alors ne comptez pas sur un contrôle seul de vos enfants dans cette situation!!! Le portable pour un adolescent n'est pas une obligation mais est un privilège que vous devez impérativement réglementer pour éviter d'être dans des situations inconfortables.


Les nouvelles technologies d'information et de communication sont de beaux outils mais dont il est nécessaire d'en connaitre la littératie.


face 24








41 vues

Formation Accompagnement Conseil & Expertise Secteur Médico-social             ODPC N°3557

f     ce 24